IGP Var VS. AOC Côtes de Provence ?

Qui gagnera le match entre “l’Indication Géographique Protégée” et “l’Appellation d’Origine Protégée” ou “Contrôlée” ?

A vrai dire, il n’y a pas vraiment de raison de s’affronter, chacun répondant à un cahier des charges bien différent. Par exemple, quand l’IGP Var se voit autorisé un rendement de 120 hectolitre à l’hectare, l’AOC Côtes de Provence en autorise seulement 66 maximum. De la même façon, l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine), qui rédige ces cahiers des charges, permet aux viticulteurs de la même IGP Var l’usage de 100 à 200 cépages (variétés de raisin) tandis que l’AOC en comptabilise seulement 13 !

Pour résumer, les IGP offrent souvent une approche beaucoup plus souple et flexible de travail que les AOC.

En plus du cahier des charges imposé par l’INAO, n’oublions pas que le vigneron peut faire des choix plus sévères encore. Cela peut être par la taille de sa vigne en laissant moins de fruits — pour obtenir une concentration plus forte, mais cela peut être également par le choix de se tourner vers une viticulture responsable, qui répond à un cahier des charges plus contraignant encore. Le viticulteur qui utilise des produits “propres” voit son rendement naturellement limité par ce que l’on appelle la concurrence végétale (enherbement des vignes, fleurs librement présentes entre les rangs…). Son vin est en parfaite cohérence avec le patrimoine et la culture locale.

Distinguons en définitive deux rosés orientés tous deux vers la notion de plaisir, mais à occasions différentes !

Article précédent
Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche
Menu principal
Panier
Votre panier est vide.
Boutique